Djibouti et l'UNESCO renforcent leur partenariat

12-05-2016 16:42

DJIBOUTI, 5 décembre (Xinhua) -- Le chef de l'Etat djiboutien, Ismail Omar Guelleh, a reçu dimanche la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, qui séjourne actuellement à Djibouti dans le cadre du lancement du Rapport en français de l'UNSECO sur la science à l'horizon 2030.

Selon un communiqué officiel publié à l'issue de cette rencontre, les deux parties ont discuté du renforcement de partenariat entre Djibouti et l'institution onusienne, qui sera effectif pour 2017.

Cette nouvelle coopération va permettre d'intégrer Djibouti au groupe restreint de pays bénéficiant d'une chaire UNESCO. L'Observatoire de l'UNESCO dans la région en matière d'étude sur l'évolution du climat sera installé également à Djibouti.

"Djibouti et son président sont appréciés à travers le monde pour leurs engagements en faveur de la préservation de la paix, de la promotion de la cohabitation pacifique entre les différentes communautés culturelles et de l'assistance fournie aux réfugiés fuyant la guerre et les conflits", a déclaré Mme Bokava cité dans ce communiqué.

"J'ai également profité de mon audience avec le Président de la République pour lui révéler mon enthousiasme personnel et celui de l'institution que je dirige dans le processus visant à entériner une dynamique nouvelle de collaboration entre la République de Djibouti et l'UNESCO", a par ailleurs indiqué Mme Bokova, louant "les nombreux efforts entrepris par Djibouti en matière d'investissement dans la Recherche et la Science".

Le rapport en français de l'UNESCO pour la science vers à l'horizon 2030 a été officiellement lancé dimanche à Djibouti en présence notamment du Premier ministre djiboutien, Abdoulkader Kamil Mohamed, et de la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova.

En effet, tous les cinq ans, ce rapport dresse un bilan de l'état de la science, de la technologie et de l'innovation dans le monde.

Dans une allocution effectuée à cette occasion, le ministre djiboutien de l'Enseignement Supérieur et la Recherche, Nabil Mohamed Ahmed, a évoqué les défis de développement durable que son pays doit relever.

"Nous devons renforcer le savoir technique et scientifique en s'inscrivant dans une véritable politique de culture scientifique. Pour cela nous nous sommes engagés de semer les graines de cette culture dans nos écoles et universités afin de préparer les nouvelles générations à l'esprit de créativité et d'innovation", a-t-il souligné en substance.

Selon le ministre, l'acquisition par Djibouti d'équipements de recherches dernière génération et la réalisation de divers grands projets éducatifs ont permis à son pays à aller vers davantage de coopération régionale et internationale.

Dans son édition 2015, le Rapport de l'UNESCO sur la science à l'horizon 2030, a mis en évidence une progression rapide de l'investissement dans la recherche et le développement (R&D) partout dans le monde et notamment dans les pays francophones

Selon les données de l'UNESCO, plusieurs pays membres de l'Organisation internationale de la francophonie, dont les deux-tiers se trouvent sur le continent africain, ont profité du boum des matières premières pour augmenter leur engagement en matière de recherche. C'est notamment le cas du Mali, qui a consacré 0,66% du Produit intérieur brut (PIB) à la recherche en 2010, contre 0,25% en 2007. C'est également le cas du Maroc (0,73% du PIB en 2010, contre 0,64% en 2006) et du Sénégal (0,54% du PIB en 2010, contre 0,37% en 2008).

>> Suivez toutes nos actualités sur notre page Facebook

Rédacteur:Jin Wensi |  Source:
French.xinhuanet.com
A vous de (re)voir
channelId 1 1 1
860010-1116061900