Mobike : une révolution au Royaume de vélo

02-10-2017 09:22

BEIJING, 9 février (Xinhua) -- Des dizaines de milliers de bicyclettes oranges avec des pneus en caoutchouc sans chambre à air sont apparues ces derniers mois dans plusieurs grandes villes chinoises comme Beijing, Shanghai et Shenzhen. En téléchargeant une application appelée Mobike et en entrant un numéro de pièce d'identité et celui d'une carte bancaire, louer un Mobike ne coûte que 1 yuan pour 30 minutes. Ce phénomène est devenu très à la mode dans l'ancien "Royaume de vélo".

Mobike : une révolution au Royaume de vélo

Mobike : une révolution au Royaume de vélo

Le nombre considérable de ces vélos partagés et leur prix très bon marché a résolu en grande partie les petits déplacements gênants dans les grandes villes, souvent appelés "le dernier kilomètre".

Hu Weiwei, fondatrice de la société Mobike, est une jeune femme née dans les années 1980. Son bureau se trouve au coeur de Zhongguancun, la version chinoise de "la Silicon Valley" à Beijing. Avec une chevelure noire, elle porte un pull gris et des chaussures de sport. Son style donne une impression détendue par rapport à celui d'un entrepreneur normal.

"J'ai travaillé dix ans dans le secteur automobile et j'ai acquis des compétences professionnelles dans celui des hautes technologies pendant 4 ou 5 ans. Mes expériences personnelles m'ont souvent fait réfléchir sur le mode de déplacement du futur", a raconté Mlle Hu, lors d'une interview accordée à l'Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle).

Elle avait acheté un vélo pour faire la navette entre son bureau et son appartement. "Mais parfois il fallait le transporter et ce n'était pas pratique", a-t-elle déclaré. "Comment puis-je créer un vélo à la disposition de tous et accessible partout? Et que l'on peut louer pour seulement un yuan (0,14 dollar)?"

L'idée de Mobike est née fin 2014. Puis Hu Weiwei a créé sa start-up début 2015. En l'espace de deux ans, elle a trouvé le financement, l'usine de production et a établi une équipe de recherche et de développement.

Le 16 août 2016, le premier Mobike est apparu dans une rue de Zhongguancun. "Nous avons déposé à minuit une vingtaine de Mobike. Et à 9h00 du matin, il n'en restait que six", a fait savoir un employé de l'entreprise. L'enthousiasme des cols blancs de Zhongguancun a surpris cette nouvelle société.

Chaque Mobike est équipé du système mondial de positionnement par satellite et d'une batterie solaire. Un abonné peut utiliser son application pour rechercher le Mobike le plus proche et scanner le QR code pour payer et louer le vélo.

Au bout de quelques mois, Mobike a connu une concurrence de plusieurs dizaines d'entreprises, dont ofo, Youbike, qui sont des sociétés émergentes dans le récent secteur du vélo partagé.

Ling Wei, députée de l'Assemblée populaire de Shanghai et directrice du bureau comptable d'une université, s'est habituée petit à petit à utiliser un vélo partagé comme moyen de transport entre son logement et la station de métro la plus proche de chez elle, au lieu de prendre la navette de son université qui met une heure et un quart pour faire le trajet. "Cela me permet de réduire le trajet d'un quart d'heure aux heures de pointe", a précisé Mme Ling.

"A l'entrée de mon université, il y a beaucoup de vélos partagés. C'est très pratique pour les étudiants", a-t-elle précisé. Pourtant, le stationnement mal ordonné et une mauvaise utilisation des vélos partagés sont devenus de nouveaux problèmes, a avoué la députée.

Le vélo partagé, dont le nombre augmente énormément chaque jour, est comme une médaille à deux faces.

D'un côté, des villes, telles que Shanghai et Shenzhen, ont augmenté le nombre de stationnements pour les vélos et ont commencé à consacrer une partie de la route aux pistes cyclables. "Les petites rues oubliées, telles que de petits vaisseaux sanguins, rajeunissent. Davantage de boutiques apparaissent et les contacts entre les personnes augmentent. Le vélo partagé crée une communauté qui s'intéresse au déplacement à vélo et à un environnement écologique", a noté Hu Weiwei sur un ton optimiste.

De l'autre côté, les vélos verrouillés par des gens qui ne respectent pas les règles de partage et le mauvais stationnement sont des phénomènes de plus en plus fréquents. Zhuang Ji, organisateur d'un groupe baptisé "chasseurs de vélo", poste sur Internet des photos de vélos mal garés ou mal utilisés.

M. Zhuang a filmé une vidéo devant l'entrée d'un magasin à Shanghai, sur laquelle on peut voir le gardien du magasin replacer à deux reprises au bon endroit des vélos garés sur le trottoir, pour que les organisations concernées les emportent plus tard.

Récemment, quatre entreprises de vélo partagé à Shenzhen ont annoncé une déclaration conjointe pour améliorer les règles du secteur, établir des équipes de gestion de stationnement et intensifier les communications avec les organes chargés de l'ordre des espaces publics.

Parallèlement, les autorités municipales, dont celles de Shanghai et de Chengdu, sont en train d'élaborer des réglementations pour le secteur visant à la fois à encourager le développement du vélo partagé et à encadrer la gestion de ce nouveau moyen de transport en commun.

>> Suivez toutes nos actualités sur notre page Facebook

Rédacteur:HUANG Xue |  Source:
French.xinhuanet.com
A vous de (re)voir
channelId 1 1 1
860010-1116060500