Le premier moteur de la croissance mondiale ralentit pour une performance accrue

03-20-2017 16:55

BEIJING, 20 mars (Xinhua) -- La Chine a revu à la baisse son objectif de croissance économique pour l'année 2017 pour le fixer à "environ 6,5%", soit l'objectif le plus bas en 25 ans, montrant sa détermination à privilégier la qualité à la croissance rapide.

 

La Chine tendra même vers des taux plus élevés si possible, selon un rapport d'activité du gouvernement soumis par le Premier ministre Li Keqiang lors de la session annuelle de l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) début mars.

 

Cet objectif, étroitement suivi, marque le plus bas niveau en 25 ans, inférieur à la fourchette comprise entre 6,5% et 7% de l'année dernière et à la croissance actuelle de 6,7%.

 

Le plus bas niveau précédent était un objectif de 6% pour la croissance du produit national brut en 1992.

 

Cet objectif est conforme à la fois aux lois et aux réalités économiques, a indiqué M. Li, ajoutant qu'il aiderait à stabiliser les attentes du marché et à faciliter les ajustements structurels du pays.

 

Il contribuera également à atteindre l'objectif d'achever la construction d'"une société modérément prospère à tous les niveaux" d'ici 2020.

 

"L'une des raisons importantes pour laquelle il faut maintenir une croissance stable est d'assurer l'emploi et d'améliorer les conditions de vie de la population", a noté M. Li.

 

L'objectif de cette année concernant la création d'emplois dans les zones urbaines est de plus de onze millions de postes, soit un million de plus qu'en 2016, illustrant l'importance croissante que la Chine accorde à l'emploi.

 

"Si l'on tient compte du caractère favorable des facteurs économiques fondamentaux et de leur capacité à créer des emplois, cet objectif est réalisable à condition de travailler d'arrache-pied", assure le Premier ministre.

 

UN OBJECTIF RAISONNABLE

 

La Chine a fixé un "objectif raisonnable" pour sa croissance économique, a estimé Jia Kang, conseiller politique national et économiste en chef à l'Académie chinoise de la nouvelle économie du côté de l'offre.

 

La croissance annuelle chinoise a ralenti pendant six années consécutives, après avoir connu une croissance de plus de 10% en 2010.

 

Cet objectif inférieur reflète les attentes générales du marché, alors que la plupart des analystes et des institutions avaient prévu un objectif similaire.

 

"Nous prévoyons que la Chine fixera son objectif de croissance du PIB à environ 6,5% pour 2017, et son PIB pourrait augmenter de 6,6% cette année", a indiqué Ding Shuang, économiste de Standard Chartered.

 

L'économiste en chef de la banque J.P. Morgan Chine, Zhu Haibin, a prévu plus tôt ce mois-ci dans une note de recherche que la gamme de l'objectif ne changerait pas par rapport à l'année dernière, mais que le taux de croissance réel serait de 6,5%.

 

Le Fonds monétaire international (FMI) a également prévu dans un rapport du mois de janvier que la croissance chinoise serait de 6,5% cette année.

 

"Avec des signes de plus en plus encourageants concernant une amélioration économique, l'économie pourrait atteindre le faible niveau proche de l'objectif de cette année", a expliqué M. Jia.

 

La croissance chinoise de 6,7% enregistrée l'année dernière a dépassé celle de la plupart des autres économies, représentant plus de 30% de la croissance mondiale, selon le rapport d'activité du gouvernement.

 

L'indice des prix à la consommation a augmenté de 2% en 2016. Les bénéfices industriels ont progressé de 8,5%, contre une baisse de 2,3% l'année précédente. La consommation énergétique par unité de PIB a, quant à elle, chuté de 5%.

 

LA QUALITE PLUTÔT QUE LA QUANTITE

 

"Une nette amélioration de la qualité et de l'efficacité de la performance économique a été constatée l'année dernière", a affirmé M. Li.

 

Ces dernières années, davantage d'importance a été accordée à la qualité de la croissance économique, plutôt qu'à la quantité et la vitesse.

 

L'objectif de "la poursuite du progrès tout en maintenant la stabilité" est réitéré dans le rapport comme thème principal guidant le travail économique de la Chine.

 

Beijing, En cherchant la stabilité, la Chine vise une meilleure qualité de sa croissance économique et ne ménage aucun effort pour établir un équilibre entre une croissance moyenne à élevée et la restructuration économique.

 

L'économie est en transformation pour adopter un modèle de croissance stimulé par de nouveaux moteurs, tels que les dépenses des consommateurs, l'innovation et les services, alors que les décideurs politiques réduisent la dépendance économique vis-à-vis des exportations et des investissements.

 

L'année dernière, la consommation a joué un rôle majeur pour propulser la croissance et la part du secteur des services dans le PIB s'est élevée à un nouveau record de 51,6%, signifiant une nouvelle amélioration de la structure économique.

 

Dans un contexte de croissance économique mondiale morose, d'une mondialisation en recul et d'un protectionnisme en hausse, la Chine bénéficie d'un grand nombre de conditions favorables à un développement économique durable, a indiqué le Premier ministre.

 

La Chine possède des bases matérielles solides, d'abondantes ressources humaines, un marché énorme et un système complet d'industries. Elle réalise également des progrès scientifiques et technologiques plus rapides et dispose d'une gamme complète d'infrastructures, a affirmé M. Li.

 

"La Chine possède également de nombreux outils novateurs et des options politiques pour mettre en oeuvre la réglementation macroéconomique", a-t-il ajouté.

 

En 2017, la Chine continuera d'appliquer une politique budgétaire proactive et une politique monétaire prudente pour maintenir l'économie dans une fourchette appropriée, selon le rapport.

 

Le gouvernement aura recours à toute une série d'instruments de politique monétaire, maintiendra la stabilité fondamentale des liquidités et gardera les taux d'intérêt du marché à un niveau approprié.

 

La Chine continuera à se concentrer sur la qualité et l'efficacité de la croissance économique, a souligné M. Li.

 

"Ce que j'apprécie le plus, ce n'est pas le pourcentage exact du plus bas niveau de la croissance chinoise, mais le fait que l'économie peut s'élever sur la plate-forme d'une meilleure structure économique et de qualité supérieure, après avoir connu la croissance probablement la plus faible", a révélé M. Jia.

 

LE PREMIER MOTEUR POUR LA CROISSANCE MONDIALE

 

L'objectif inférieur n'est pas aussi mauvais qu'il n'y paraît.

 

A la suite de la crise financière mondiale, la croissance chinoise a dit adieu à des taux suralimentés depuis le début des années 1990 et a été abaissée à un niveau moyen à élevé que le pays définit comme une "nouvelle normalité".

 

Dans le monde entier, même une croissance de 6,5% ferait envie à la plupart des économies, alors que le FMI prévoit un taux de seulement 3,4% pour la croissance mondiale cette année, avec 2,3% pour les Etats-Unis, 1,6% pour la zone euro et seulement 0,8% pour le Japon.

 

La Chine a contribué à plus d'un tiers de la croissance économique mondiale l'année dernière, plus que tout autre pays, selon des données du FMI, tandis que des chiffres de la Banque mondiale confirment ces données.

 

L'économie chinoise restera le moteur le plus puissant de la croissance économique mondiale en 2017, alors que les fondamentaux de la croissance à long terme chinoise n'ont pas changé, a affirmé Wang Guoqing, porte-parole de la 5e session du 12e Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC), l'organe consultatif politique suprême de la Chine.

 

La croissance stable de la Chine crée une plus grande demande, une variété plus large de produits et davantage d'opportunités de coopération pour le monde, a indiqué M. Wang.

 

Dans le rapport d'activité du gouvernement présenté dimanche, le gouvernement a pris de nouveaux engagements visant à ouvrir davantage la Chine au reste du monde et à améliorer l'environnement pour les investisseurs étrangers.

 

Les entreprises étrangères pourront être cotées sur le marché et émettre des obligations en Chine, et participer à des projets scientifiques et technologiques du pays, a fait savoir le Premier ministre.

 

"La porte de la Chine ne cessera de s'ouvrir plus grand, et la Chine continuera à travailler afin d'être la destination la plus attrayante pour les investissements étrangers", a promis M. Li.

>> Suivez toutes nos actualités sur notre page Facebook

Rédacteur:Jin Wensi |  Source:
French.xinhuanet.com
A vous de (re)voir
channelId 1 1 1
860010-1116060500