La Chine combat activement la corruption dans les campagnes de lutte contre la pauvreté

04-06-2017 11:38

BEIJING, 6 avril (Xinhua) -- Une approche sans compromis lancée par l'autorité disciplinaire suprême de la Chine, vise à condamner les mauvaises pratiques dans le travail de lutte contre la pauvreté, et sanctionner tous les contrevenants quelle que soit la gravité des crimes.

En 2014, Bao Gabao, un ancien chef d'un village du district de Zhangxian, une zone très touchée par la pauvreté dans le nord-ouest de la Chine, a détourné 200.000 yuans (29.000 dollars) du budget local, qui avaient été alloués par les autorités locales pour couvrir les dépenses d'un achat de 200 chèvres.

Les chèvres devaient être distribuées aux familles pauvres du village, afin d'augmenter leurs revenus. Cependant, Bao Gabao a enregistré de manière clandestine une entreprise au nom de ses parents et falsifié des accords écrits de ces familles pauvres, afin qu'il puisse déclarer les moutons comme ses propres biens.

Bao Gabao a été sanctionné, et expulsé du Parti communiste chinois (PCC).

Bao Gabao figure parmi huit cas publiés cette semaine par la Commission centrale de contrôle de la discipline, l'organe anti-corruption du PCC, qui a réexaminé la corruption dans les campagnes de lutte contre la pauvreté du pays.

Dans une autre affaire, un responsable du bureau de lutte contre la pauvreté dans la province chinoise du Hebei (nord) a été sanctionné pour avoir pris des fonds destinés à l'achat de 82 vaches pour des familles pauvres.

Durant les quatre dernières années, la Chine a alloué un total de 196,1 milliards de yuans (environ 28,5 milliards de dollars) à de nombreux projets visant à lutter contre la pauvreté.

Même si la valeur d'une chèvre ou d'une vache ne représente qu'une goutte d'eau dans l'océan, par rapport à l'énorme somme du budget central dédiée à la lutte contre la pauvreté, cette somme peut aider une famille, mais sans cet argent, cette dernière peut être détruite.

Dans certains cas extrêmes, un accès gratuit à l'élevage d'animaux peut constituer le seul moyen pour les villageois pauvres de sortir de la pauvreté.

L'ELEVAGE DE CHEVRES POUR SORTIR DE LA PAUVRETE

L'année 2020 a été fixée par la Chine pour réaliser la construction d'une "société modérément prospère", alors que l'élimination de la pauvreté est un objectif clé.

Quelque 700 millions de personnes sont sorties de la pauvreté depuis environ 30 ans, mais durant les années à venir, le travail de lutte contre la pauvreté deviendra plus difficile lorsque l'on approchera de l'objectif.

Il y avait encore 43,35 millions de personnes vivant dans la pauvreté fin 2016.

La Chine poursuit une stratégie définie pour la réduction de la pauvreté, qui demande que les ressources appropriées soient utilisées pour les bonnes personnes, sur le bon site et au moment approprié.

Les autorités locales doivent s'assurer que toute famille pauvre possède un programme pour augmenter ses revenus et que toute personne pauvre possède une voie pour sortir de la pauvreté.

Les efforts ont été déployés pour permettre aux pauvres de prendre en main leur destin, et des méthodes diverses, telles qu'offrir du bétail aux familles pauvres, ont été mises en place pour atteindre cet objectif.

La réduction de la pauvreté ne signifie pas nécessairement des projets industriels. Dans les zones rurales, par exemple, l'élevage d'animaux est plus adapté.

UNE SUPERVISION PRECISE

Face à cette situation, les autorités centrales n'accepteront pas la corruption sous toutes ces formes. Ainsi, des mesures strictes ont été mises en place pour lutter contre la fraude, la falsification et la corruption dans le travail d'élimination de la pauvreté.

La Chine mène une campagne de cinq ans pour lutter contre les responsables corrompus engagés dans le travail de lutte contre la pauvreté.

Les procureurs ont ciblé dans la campagne certains domaines importants, tels que le relogement, l'utilisation de terrain, la rénovation de logement, l'éducation et les subventions budgétaires.

Ils ont enquêté et géré des affaires impliquant 1.892 responsables liés à une mauvaise utilisation ou un détournement de fonds dans le cadre de la lutte contre la pauvreté en 2016, soit le double du chiffre de 2015.

Le ministère des Finances et le Bureau du groupe dirigeant pour la lutte contre la pauvreté et le développement du Conseil des Affaires d'Etat (CPAD) ont lancé le 16 mars une inspection ciblée sur l'utilisation et la gestion de fonds destinés à la lutte contre la pauvreté, visant à découvrir toute irrégularité via cette initiative.

Les départements disciplinaires des niveaux de district et de commune ont été exhortés à se rendre dans tous leurs villages pour inspecter les problèmes sur place et discuter avec les habitants de base.

"L'utilisation efficace des fonds est importante lors de cette phase. Grâce au renforcement de la supervision de l'utilisation de l'argent, le travail de la lutte contre la pauvreté peut atteindre de meilleurs résultats", a indiqué Liu Yongfu, chef du CPAD.

Favorable aux idées de M. Liu, Wang Yukai, professeur de l'Académie chinoise de la gouvernance, a indiqué que "la réduction précise de la pauvreté n'avancera efficacement qu'à l'aide d'une supervision renforcée et d'une gouvernance claire, aidant la Chine à atteindre son objectif de construire une société modérément prospère à tous les niveaux".

>> Suivez toutes nos actualités sur notre page Facebook

Rédacteur:HUANG Xue |  Source:
french.xinhuanet.com
A vous de (re)voir
channelId 1 1 1
860010-1116060500