Sommet de Copenhague : la Chine maintient son engagement

Source: CCTV.com | 12-07-2009 08:36

Taille du texte: T+ | T-

Le sommet de Copenhague débute dans la ville aujourd'hui en présence des dirigeants mondiaux. Les analystes sont unanimes pour dire que la Chine, le plus grand pays en voie de développement et le premier pays émetteur de gaz à effet de serre, a montré une incroyable volonté politique en s'engageant à répondre à ce problème. La Chine va par ailleurs respecter ses engagements auprès de la communauté internatioanle dans les négociations sur le climat.

10 jours avant le début de la conférence de Copenhague sur le Changement climatique, la Chine s'est engagée à réduire ses émissions par unité de PIB de 40 à 45% d'ici à 2020, par rapport aux niveaux atteints en 2005. Une décision considérée par beaucoup comme une avancée significative pour résoudre le problème du changement climatique.

Qi Ye

Directeur de l'Institut sur le climat, Université Tsinghua

"C'est une réduction significative du facteur d'émission. C'est aussi un engagement important pour créer une dynamique pour Copenhague. Si vous prenez en considération une réduction de 40 à 45% du facteur d'émission, pour les 15 prochaines années, vous pouvez vous attendre à une réduction des émissions de CO2 de 5 milliards de tonnes. C'est un volume considérable, près du double des émissions de gaz carbonique de l'Inde. "

Qi Ye ajoute que la Chine maintient sa position telle que définie dans la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique et le protocole de Kyoto, qui réclame une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 par rapport aux niveaux de 1990. La Chine va s'en tenir au principe de la responsabilité commune mais différenciée dans les négociations sur le changement climatique.

Qi Ye

Directeur de l'Institut sur le climat, Université Tsinghua

"Ces principes sont un traitement juste qui prend en considération les réalités historiques et la réalité actuelle. Après tout, 80% de toutes les émissions de CO2 rejetées dans l'atmosphère proviennent des pays développés, le reste des pays en développement. C'ets pourquoi il est juste et justifié d'appliquer le principe de la responsabilité commune mais différenciée. "

Le soutien technique et financier des pays développés sera un sujet de préoccupation pour les pays en développment. L'Union européenne estime qu'avant 2020, plus de 100 milliards d'euros seront nécessaires chaque année pour aider les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et répondre aux défis du changement climatique.

Certains estiment cependant que l'action des pays développés est jusqu'à présent décevante.

Qi Ye

Directeur de l'Institut sur le climat, Université Tsinghua

"Ce n'est pas important de faire des promesses. Il est plus important de respecter les termes de ces promesses. Des promesses ont été faites dans le cadre d'accords, mais rien malheureusement n'a été fait. "

Qi Ye souligne que les pays développés doivent s'en tenir à leurs promesses pour le bien commun et assumer leurs responsabilités historiques et actuelles sur les émissions de gaz à effet de serre.

Fu Yake, CCTV

 


Rédacteur: Zhang Yan