La Cité interdite Ⅵ - Les céramiques du Musée du Palais ⑵

Source: CCTV.com | 02-16-2010 09:30

Taille du texte: T+ | T-

 

L'empereur Yongzheng pratiquait le bouddhisme tibétain. Comme il aspirait à l'unité entre le Ciel et l'Homme et recherchait la simplicité et le naturel, il aimait la porcelaine Song caractéristique par son côté naturel, dépouillé et élégant. Une autre contribution que l'empereur apporta à la porcelaine impériale était ses imitations des céramiques des cinq plus fameux fours de la dynastie Song.

Le 7e jour du 8e mois lunaire de la 8e année de son règne, l'empereur Yongzheng ordonna aux artisans du four impérial d'imiter les céramiques produites dans les fours Jun de la dynastie Song.

Ceci est une imitation de l'époque Yongzheng d'un bol pour rincer les pinceaux à forme de tambour, fabriqué dans le four Jun.

Ceci est un bol authentique pour rincer les pinceaux en forme de tambour fabriqué dans le four Jun sous la dynastie Song. Les grés fabriqués dans les fours Jun sont célèbres pour leur couverte qui alterne le rouge et le bleu.

Beaucoup de Chinois pensent que si l'or a une valeur, les grés Jun sont inestimables. On dit aussi qu'être un millionnaire est une bonne chose mais que posséder un grés Jun est encore mieux.

On dit que l'empereur Huizong de la dynastie Song rêvait de la couleur du ciel après la pluie et qu'il aimait beaucoup cette teinte.

C’est en suivant les instructions de l'empereur que les artisans des fours Ru commencèrent à fabriquer des céramiques de couleur bleu-vert pale.

De toutes les céramiques produites dans les cinq fameux fours de la dynastie Song, celles du four Ru sont les plus rares. Il n'en reste que 100 exemplaires dans le monde entier dont 20 au Musée du Palais de Beijing et quelques-uns au Musée du Palais de Taipei.

Sous le règne de l'empereur Xuande de la dynastie Ming, on trouvait dans les collections de la Maison impériale des céramiques des fours Chai, Ru, Guan, Ge, Jun et Ding. Ces objets qui se trouvent maintenant dans le Musée du Palais étaient utilisés par la famille impériale sous la dynastie Song. La couverte des céramiques du four Ge est craquelée. Certaines craquelures sont larges et noires ; d'autres sont fines et dorées.

Les principales caractéristiques de ces céramiques sont leur couleur bleu lavande et leur motifs élégants, simples et dépouillés.

Les fours Ding furent les seuls des cinq fameux fours de la dynastie Song à produire des porcelaines de couleur blanche caractérisées par des décors incisés ou des motifs moulés qui sont parmi les plus beaux de cette dynastie. Ces porcelaines produites au sommet de l’histoire de la céramique chinoise sont les pièces les plus importantes du Musée.

La production de porcelaine atteignit un nouveau sommet sous le règne des empereurs Kangxi, Yongzheng et Qianlong de la dynastie Qing. Sous ce dernier empereur, Jingdezhen, le principal centre de la production de porcelaine en Chine, comptait un million d'habitants et 23 ateliers dont la production était exclusivement destinée à la famille impériale. Durant sa troisième année de règne, l'empereur Qianlong commanda aux peintres de la cour une série de peintures intitulées Production des céramiques et des porcelaines.

Ces peintures évoquent en détail la production dans le four impérial et montrent les nouvelles technologies développées dans les fours officiels sous le règne de l'empereur Qianlong. Elles décrivent le processus en 20 étapes de la fabrication des porcelaines dans les fours officiels en facilitant la standardisation de ce processus.

L'intérêt de Qianlong pour la production de porcelaines reflétait son idéal politique : l'empereur devait être proche de son peuple, se montrer assidu dans la gestion des affaires de l'Etat et gouverner le pays avec un haut degré de moralité.

Selon la Production des céramiques et des porcelaines, une étape importante dans le processus de fabrication de la porcelaine était la cérémonie des sacrifices offerts aux dieux. Sous le règne de l'empereur Wanli de la dynastie Ming, certains artisans, après des nombreuses tentatives, ne réussissaient pas à fabriquer une grande cuve en forme de dragon commandée par la cour impériale. Si ils ne réussissaient pas à la créer avant une certaine échéance, ils seraient punis. Tong Bin, un des artisans, était très préoccupé et il se jeta dans le four pour sauver ses collègues. Finalement les artisans réussirent à fabriquer la cuve. Depuis lors, Tong Bin est honoré comme le Dieu du Four. Avant d'allumer le four, on brûle de l'encens et on lui offre des sacrifices pour obtenir son appui.