La Cité interdite Ⅴ - Entre l´Etat et la famille ⑴

Source: CCTV.com | 02-13-2010 10:37

Taille du texte: T+ | T-

 

Cette résidence dont l’histoire remonte à plus de 5 siècles abritait autrefois deux familles : l’une s'appelait Zhu, l’autre Aisin Gioro. Beaucoup d’histoires circulent sur les événements qui se sont déroulés dans cette maison.

Le 14 août 1901, lorsque les huit puissances étrangères étaient sur le point de s'emparer de Beijing , l’empereur Guangxu s’enfuit de la Cité interdite et Zhenfei, sa concubine préférée, mourut au même moment.

Le document officiel de la cour ne contient que quelques mots sur la cause de sa mort. En revanche, l’impératrice douairière Cixi fit le commentaire suivant : « L’année dernière, lorsque la capitale est tombée, les membres de la suite de la concubine Zhenfei n’ont pas réussi à la protéger. Elle s’est suicidée dans la cour afin de garder sa chasteté. Ce qu’elle a fait est très louable, j’ai donc décidé de lui donner le titre posthume de concubine impériale du plus haut rang. »

Cependant, il existe une version différente de la mort de la concubine : celle de l’eunuque Cui Yugui qui joua un rôle clé dans sa mort.

L’après-midi du 14 août, Cui reçut l’ordre de l’impératrice douairière Cixi d’amener la concubine Zhenfei, qui avait été placée en résidence surveillée pendant de nombreuses années, à la Chambre de l’Union harmonieuse.

Cixi dit à Zhenfei : « Les troupes étrangères sont aux portes de la ville. Nous devons fuir pour assurer notre sécurité. Nous ne pouvons pas vous prendre avec nous. » Zhenfei répondit : « Vous, vous pouvez partir vers un endroit plus sûr, mais l’empereur doit rester dans la capitale pour maintenir l’ordre. » Cixi se mit en colère : « Comment osez-vous proférer de telles absurdités alors que votre mort est imminente ! » Et Zhenfei de répondre : « Je n’ai commis aucun crime qui mérite la mort. » Cixi rétorqua : « Peu importe que vous ayez commis un crime ou non, vous devez mourir. » Et elle donna l'ordre de la noyer dans le puit.

Pour lever ce mystère, nous devons re-parcourir la vie de la concubine Zhenfei à la cour impériale.

Lorsque les Chinois observaient le ciel et les phénomènes astronomiques dans les temps anciens, ils croyaient que l’étoile la plus brillante était l’étoile polaire et que toutes les autres étoiles qui l’entouraient formaient le Mur de l’étoile polaire. Selon la légende, le Mur de l’étoile polaire était la résidence du dieu du ciel et de sa famille. Comme l’empereur prétendait être le fils du ciel, la version terrestre du mur de l’étoile polaire, la Cité interdite, était la résidence de l’empereur et de sa famille.

Ce rouleau de peinture montre des fonctionnaires reçus à la cour de la Cité interdite le jour du Nouvel An chinois et qui perçoivent des tributs pour le compte de l’empereur. Les nobles de haut rang, les ministres et les diplomates de différents pays sont présents, ils attendent sur la place en face du Hall de l’Harmonie suprême que la cérémonie commence. Pourtant le trône dans le hall est vide. Où est donc l’empereur ?

En survolant le palais, on peut voir des quartiers d’habitations assez différents des zones de travail.

Dans les quartiers d’habitations, les enfants de l’empereur, comme tous les enfants en dehors du palais, allument des pétards.

Dans les quartiers d’habitations, l’impératrice et les concubines de l’empereur, comme toutes les mères en dehors du palais, prennent soin de leurs enfants.

Et comme tous les autres pères en dehors du palais, l’empereur se réjouit d’être entouré de sa famille.

La Porte de la Pureté céleste divise la Cité interdite en deux parties : une zone de travail dans le sud et les quartiers d’habitations dans le nord. Ces derniers sont composés du Palais de la Pureté céleste, du Palais de la Tranquillité terrestre, du Hall de l’Union et de la Paix, et de six palais situés à l’est et à l’ouest de ces trois palais. L'ensemble constitue la demeure de l’empereur.

Le palais où dormait l’empereur est appelé Palais de la Pureté céleste et le Palais où dormait l’impératrice est appelé le Palais de la Tranquillité terrestre. Le Hall de l’Union et de la Paix est situé entre le Palais de la Pureté céleste et le Palais de la Tranquillité terrestre. Ces bâtiments sont disposés de manière à ce que « le Ciel et la Terre se rencontrent comme le yin et le yang. » Dans la Cité interdite, on ne trouve des motifs décoratifs en forme de phénix que dans le Hall de l’Union et de la Paix. Les halls sont nommés de manière à indiquer que l’amour entre l’empereur et l’impératrice ou les concubines s’épanouit et que des enfants naissent.